Home

Perfect-Mothers_portrait_w858Imaginez deux amies d’enfance. Elles ont chacune un garçon d’une vingtaine d’années, tous droits sortis d’une pub Hollister. Ils vivent ensemble dans ce cadre paradisiaque qu’est la cote australienne. Tout d’un coup, chaque mère se met à coucher avec le fils de l’autre (ou inversement), ce qui entraine tout un tas de péripéties parfaitement prévisibles. Une fois l’orage passé, c’est le parfait bonheur. Deux ans plus tard, les garçons sont devenus des mannequins Abercrombie, ils portent des petites chemises et roulent dans de gros 4×4. L’un travaille dans la boite de maman, l’autre est metteur en scène grâce à papa. Seulement l’un d’entre eux rencontre une fille. Ce qui entraine tout un tas de péripéties parfaitement prévisibles. Mais comme la fin approche on va ajouter des scènes tristes voir tragiques, parce que quand même il ne faudrait pas que le film soit classé comédie romantique. Drame c’est beaucoup plus classe.

20471696            Qu’il est triste de pouvoir tout dévoiler d’un film sans arriver à gâcher quoi que ce soit au spectateur. Car si les évènements et les relations entre les personnages sont prévisibles, chaque plan, chaque transition l’est aussi. Le film souffre d’une absence d’inventivité totale, aussi bien esthétiquement que narrativement. Ajoutez à cela un jeu d’acteur raide et des seconds rôles fonctionnels, l’amoureux transi, la copine bébête pour remplacer la couguar, le père trompé. La réalisatrice, qui croit dur comme fer en son bon gout, nous sert un ramassis de clichés, elle se veut arty jusqu’au bout et se rend ridicule, une mère travaille dans une « galerie d’art », son mari est « professeur d’art dramatique », et un fils est metteur en scène et veut abandonner la comédie musicale pour passer au théâtre « quelque chose de contemporain tu vois ». Tout cela pourrait être amusant si un soupçon de second degré était perceptible, mais non, Anne Fontaine a décidé de se passer d’ironie pour cette fois.

Ce film est une maison de poupée, où kens et barbies (de 45 ans) semblent maniés par une enfant qui ne se rendrait pas compte du sujet tordu qu’elle « met en scène ». On frôle parfois l’incestueux avec un plan parfaitement repoussant où les mères, marchent aux cotés de leurs fils (et amants) qui tiennent par la main leurs deux petites filles. Ce qui est terrible dans ce film qui se veut provocateur et corrosif, c’est que seul son pitch l’est.

Elio Balezeaux

Publicités

4 réflexions sur “Perfect Mother – Anne Fontaine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s