Home

les-amants-passagers-los-amantes-pasajeros-27-03-2013-33-gLes amants passagers est très loin d’être la petite comédie légère et sans ambition qu’elle semble être au premier abord et par sa publicité. Certes très grasse et jouant sur le gag, Almodovar n’a pas perdu la finesse de ses comédies à la Femmes au bord de la crise de nerf. En jouant sur la dimension spectaculaire à tous les niveaux du récit, des coups de téléphone qui sont diffusés dans tout l’avion à la chorégraphie des Stewart sur I’m So excited des Pointed Sisters, mais surtout en nous plaçant dans l’avion par ce presque huit clos et ces rangées de fauteuils qui suivent la ligne de fuite de celles de notre salle de cinéma, Almodovar joue avec nous comme il joue avec le ridicule. Il nous remet à notre place et  se jette des piques à tort et à travers, regardant son œuvre avec beaucoup d’ironie. Il ne se refuse rien dans ce film, oubliant la plastique du triste La Piel que habito, froid et prétentieux, à l’opposé des amants passagers, il s’offre des uniformes flashy, un second rôle à ses acteurs fétiches, il parsème le récit de blagues graveleuses, de mescaline, et surtout de situations plus improbables les unes que les autres.

On l’entend en interview  parler d’une métaphore de la situation de l’Espagne, je ne suis pas sur que le film aille si loin dans le sens politique (quoiqu’il utilise à bon escient des scandales économiques et politiques..) mais il poursuit en tout cas ce portrait de son curieux esprit, après les confessions de la mauvaise éducation et de tout sur ma mère , il présente un film ouvertement gay et plein de joie de vivre.

Je ne m’étendrai pas sur la fin, vous comprendrez rapidement ce que je pense, mais il est toutefois triste de conclure toute cette orgie par un pauvre plan par personnage…

Les amants passagers est un film plus étonnant que prévu, jamais prévisible car Almodovar s’autorise tout, loin des chefs d’œuvres qu’il a pu réaliser mais qui ne le prétend jamais.

Elio Balézeaux

Publicités

Une réflexion sur “Critique brève: Les Amants passagers – Pedro Almodovar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s